05/09/2008

PLACEBO

Pour remédier au bazar qui s' en va mais qui revient toujours, j' ai décidé de photographier un petit endroit rescapé d' une semaine de vie intense au 10, rue B.
Ce soir, donc, un coin de la fenetre...
Je me dis, bon, ça va, c' est chez moi.
Dans cet appartement meme ou, au fond du couloir, une énorme moto en plastique me barre l' accès à la chambre de Jane et Nino.
Cette meme chambre ou je ne vois plus, non plus, la délicate teinte de mon bien aimé parquet.
Oui, la vie est rude...

2 commentaires:

marikita a dit…

.bon courage...pour cette reprise...

bises

La Grenouille a dit…

J'ai le même, j'ai le même, le nolen ! Excellent gopût, absolument exquis, évidemment ! Excellente idée le bout de coin rescapé dela tornade de la semaine, euh du week-end, euh de toujours en fait, de la vie, quoi ! Ouf !