05/07/2013

.


Maintenant elle va bien.
Je me demande encore un peu quelle adolescente elle sera, adolescente ça la fait tellement rêver.
Pour l'instant elle me regarde de ses yeux doux, je crois qu' elle sait par ou je suis passée pour elle.
Elle a eu besoin de voir jusqu'ou je l'aimais.
Elle a cru qu'il suffisait qu'il dise pour qu'on le croie.
Elle a été un bon petit soldat, ma fille.
Chaque jour il y a les larmes au souvenir du message que j'ai reçu le 4 mars 2012, écrivez en toutes lettres madame le quatre mars deux mille douze ou j'ai lu difficilement ces mots surréalistes qui disaient que je ne reverrais plus ma fille.
Depuis il n'a plus de nom. Lui. Même pas un homme, même pas une ombre, même pas son chien ni même son ombre.
Je ressens ce bruit sourd à l'interieur.
Mais comme un accouchement, il reste la sensation, et pas de mots.
Il y a eu des attitudes, des fuites, des silences que j'ai reçus comme autant de gifles, et il y a eu des coups de fil la nuit, des mains serrées, des cigarettes fumées à l'aube en espérant ensemble, des bus pris en tremblant, il y a eu des femmes. Celles à qui j'ai tendu mon bébé avant de m'écrouler, celles qui m'ont forcé à avaler des yop, celles qui sont intervenues, vite, efficaces. Celles qui se sont indignées, celles qui ont choisi pour moi des chaussures rouge-sang pour mon jour de mariée, celles qui ont fait alliance avec Matou pour que je revienne à la vie. Celles qui ont répondu au regard perdu de Nino. Elles sont fortes!
Maintenant elle va bien. Elle n'est pas dupe. Elle a bien compris le rôle qu'elle a joué, genée d'avoir été si naive, elle veut savoir comment j'ai fait. Comment j'ai fait? Ha ha! Si, on peut Jane on peut. On peut tout je te jure. Elle sourit, elle efface tout, elle recommence. Pour me flatter, il me dit c'est tout toi, c'est fou. Je souris. Elle trace sa route, Jane. Droit devant, my girl, droit devant!





15 commentaires:

Anne a dit…

Tu as été épatante et Jane aussi.
Dieu que c'est dur ce que vous avez vécu...
Profitez de la vie maintenant.

Lisa a dit…

Oh yeah !
J'aime comme tu es.
Comme tu mènes ta barque.
L O V E.

Anonyme a dit…

Oui. Epatante. Epatantes. je me raccroche à ton parcours pour me dire qu'un jour aussi peut etre ma soeur pourra écrire ces mots
je t'embrasse miss incredible !
O.pio

MLGIGI a dit…

Sincèrement heureuse que tout ça soit derrière vous même si on continue à vivre avec les épreuves endurées. Il ne vous reste que le meilleur à vivre, tu n.es jamais sortie du droit chemin, et rien que pour ça je te dis BRAVO. Passez un bel été !

caroline a dit…

fallait louer une grue et l'installer en face de chez lui 8-)

Cécile a dit…

Mince :-(
J'espère que la route devant sera plus douce...

marion a dit…

vous êtes épatantes

Carine a dit…

C'est fou comme nos enfants peuvent puiser en nous cette force insoupçonnée.

loreal a dit…

c'est drôle, je n'avais pas remarqué le ballon sur la photo... c'est fou comme nos deux articles se ressemblent d'une certaine façon même si les histoires sont différentes...
en tout cas c'est bon de lire ces mots après ce douloureux chemin que vous avez parcouru toutes les deux <3

Lor a dit…

Ce billet me met les larmes aux yeux... Mais comme c'est beau !

Anonyme a dit…

Sandrine

nata a dit…

Love, love. C'est ce qui vous guide et vous porte !

élodie a dit…

si tu savais comme j'ai souvent pensé à toi pendant ces moments terribles... pour sur tu es épatantes!!!
;-)

jèce a dit…

J'adore ton univers et alors je me dis que ces choses peuvent te plaire,
ce type fait des énormes bougies remplies de mer et de vagues, c'est beau!
http://www.etsy.com/fr/shop/ToddBorka

Lili a dit…

Putain, j'avais pas lu ton blog depuis un bail, et j'ai la chair de poule Anne, tu écris si bien l'indicible, je ressens si bien la douleur et le combat. Jane gardera le meilleur de cette expérience dont elle a été victime. Oui, Jane on peut TOUT, tout est possible, il suffit parfois de se battre, et mon dieu ce qu'on se sens vivant.